Aucun élément dans la barre supérieure

Le Président de la République présentait ce 13 septembre 2018, la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté au Musée de l’Homme à Paris, où Célia de Lavergne était invitée.
Cette stratégie est issue d’une large concertation qui s’est déroulée sur l’ensemble du territoire et d’une consultation en ligne qui a permis de recueillir plus de 7000 contributions.

Présentation de la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté par le Président de la République, le 13/09/2018, au Musée de l'Homme

Cette stratégie n’a qu’un but : faire plus pour ceux qui ont moins.

Elle repose sur 5 engagement majeurs :

  1. L’égalité des chances dès les premiers pas pour rompre la reproduction de la pauvreté
  2. Garantir au quotidien les droits fondamentaux des enfants
  3. Un parcours de formation garanti pour tous les jeunes
  4. Vers des droits sociaux plus accessibles, plus équitables et plus incitatifs à l’activité
  5. Investir pour l’accompagnement de tous vers l’emploi

Plus précisément, cette stratégie propose 21 mesures concrètes pour un investissement ambitieux et inédit de 8,5 milliards d’euros sur 4 ans consacrés à l’investissement social, à l’accompagnement vers l’emploi et à la revalorisation de l’activité.

 

Pour les plus jeunes, il s’agira par exemple de développer l’accueil en crèche de façon égale sur tout le territoire, en accompagnant les communes les moins dotées, et de favoriser la mixité sociale dès la crèche, pour que les enfants ne partent pas démunis dès leurs premiers pas.

A l’école, trop d’enfants débutent leur journée le ventre vide ou n’accèdent pas à la cantine, en raison d’un coût prohibitif ou par manque de temps : ces enfants sont désavantagés, dans leur concentration ou leur aptitude à suivre en classe. A ces enfants, il s’agira de donner accès à une alimentation équilibrée.

Pour les jeunes adultes, la lutte contre le décrochage scolaire sera renforcée par un suivi en continu des établissements scolaires qui pourront signaler tout au long de l’année les élèves décrocheurs, qui pourront ainsi rapidement être mis en relation avec les missions locales, pour trouver la solution la plus adéquate au profil du jeune.

Pour les adultes en situation d’exclusion ou les travailleurs pauvres, le système d’aides sera simplifié pour une meilleure utilisation et dans le but que ces aides ramènent réellement vers l’emploi : en fusionnant les minimas sociaux vers un revenu universel d’activité chaque personne qui aura droit à une aide en sera dotée, sans concurrence des aides. Le travail sera incitatif, en ce que chaque euro gagné permettra une augmentation du travail disponible. Il ne s’agira plus de panser l’exclusion par des aides mais bien d’aider les plus démunis pour progressivement les sortir de la pauvreté, par le retour à l’emploi. Cette même logique prévaut s’agissant de la revalorisation de la prime d’activité.

Un projet de loi sera présenté en 2020 et portera dans le domaine législatif un certain nombre de mesures. Toutefois, dès 2019, de nombreuses actions concrètes pourront d’ores-et-déjà être mises en œuvre, car agir contre la pauvreté c’est agir tout de suite.

Ce plan pour lutte contre la pauvreté et l’exclusion n’est pas un énième discours rempli d’annonces dont nous ne verrons pas la concrétisation. Il s’agit d’un plan ancré dans la politique que nous menons depuis 15 mois, en lien avec l’ensemble des projets que nous portons :

  • En lien avec notre projet pour l’agriculture et l’alimentation lorsque nous souhaitons permettre l’accès à une alimentation plus sûre et plus saine, mais surtout accessible à tous ;
  • En lien avec notre projet pour le logement en ce que nous agissons contre les logements insalubres, les marchands de sommeil, pour que chacun ait droit à un logement décent ;  
  • En lien avec notre projet pour la formation, en ce que nous œuvrons pour que chacun puisse avoir le choix de son avenir et donc de son émancipation ;
  • En lien avec notre projet pour les territoires, car nous proposerons, dès 2019, une nouvelle contractualisation entre l’Etat et les départements qui soit fidèle à l’action que ceux-ci mènent en faveur de l’insertion
  • En lien avec notre projet pour la santé et nos actions pour faciliter l’accès aux services de santé et aux soins sur l’ensemble du territoire.

L’ensemble des parties prenantes sera par ailleurs associé à la mise en œuvre de ce plan : travailleurs et entreprises sociales, associations d’insertion, missions locales, et surtout collectivités locales, et pourra rendre compte des avancées tous les 6 mois, dans le cadre d’un comité de suivi, qui sous l’égide du Président de la République.

 

Voici donc un bref aperçu de ce que cette Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté. Une stratégie pour que l’Etat joue pleinement son rôle dans l’accompagnement des plus vulnérables, mais que l’Etat providence ne soit plus basé sur un modèle obsolète. Nous ouvrons ainsi aujourd’hui le chantier de l’Etat providence de demain, pour que chacun, peu importe ses chances au départ et ses accidents de parcours trouve sa place dans la société !


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.