Aucun élément dans la barre supérieure

Célia de Lavergne
Députée de la 3ème circonscription de la Drôme

Aucun élément dans la barre supérieure

Circonscription

Dans la soirée du 14 novembre dernier, un épisode de neige lourde a touché 4 départements, dont la Drôme.

330 000 foyers ont été coupés au total. En cas d’incident « classique », Enedis parvient à rétablir environ 80% des foyers en 48h.

Dans ce cas de figure exceptionnel, les foyers drômois ont connu plusieurs jours de coupures, couplés à des coupures d’eau potable, de téléphone fixe et mobile.

Au-delà de ces faits, cette crise s’est révélée d’une bien plus grande ampleur : en inspectant ses équipements, dans des conditions météo parfois difficiles, Enedis semble avoir découvert des destructions immenses, qu’elle qualifie aujourd’hui de supérieures à celles de la tempête de 1999.

L’opérateur a donc dépêché des équipes de toute la France pour résoudre cette situation. Mais cela a duré, et cela dure encore pour certains de nos concitoyens.

Je compatis pleinement avec l’impatience de nombre d’entre vous. Si la situation est presque revenue à la normale, il n’en reste pas moins que quelques grands axes de réflexion et de travail doivent ressortir et être mis en avant.

 

  • La crise n’a pas uniquement touché notre réseau électrique, car les autres services essentiels ont été impactés : eau potable, télécommunications, chauffage, eau chaude, etc. Pour cela j’ai demandé au Préfet de la Drôme, qui y est favorable, d’organiser une réunion avec tous les opérateurs pour faire un bilan de la situation et un retour d’expérience sur les communes touchées. A titre d’exemple, tous les opérateurs d’eau n’ont pas anticipé de la même manière les besoins des communes : pendant que l’un plaçait des groupes électrogènes, un autre n’a pas pris le soin de s’assurer des réserves en eau du village, laissant le maire et les habitants bien démunis !

 

  • Le retour d’expérience des élus locaux, exposés en première ligne, avec leurs services techniques, est absolument essentiel. Je sais que tous sont intervenus pour répondre aux problèmes élémentaires : déblayage des routes, élagage et débitage des arbres. Les gendarmes, pompiers, personnels soignants et services d’urgence ont également fait preuve d’un dévouement remarquable. Je tiens à les remercier pour leur implication et leur mobilisation dans la gestion de cette crise. Le retour d’expérience devra nous permettre de tirer les leçons et éviter que de telles situations se reproduisent : nous n’éviterons bien évidemment pas les aléas climatiques, nous pouvons, avec le Gouvernement, apporter les améliorations nécessaires pour en atténuer les conséquences.

 

  • La neige n’étant pas une « cause » pour décréter la situation de catastrophe naturelle, les solutions d’indemnisation doivent être trouvées :

 

Avec les assureurs, puisque ce risque est couvert dans beaucoup de situations, notamment les assurances habitation

Par le décret de calamité agricole pour les agriculteurs, en particulier les arboriculteurs et éleveurs, sévèrement touchés

Avec le Ministère de l'Intérieur pour le surcoût engendré pour les collectivités : si des pistes utiles sont avancées par le Préfet en termes d’investissement, il faudra aller plus loin, notamment sur les dépenses de fonctionnement. J’ai pour cela pris l’attache du Ministre.

Avec Enedis pour les particuliers et professionnels : l’opérateur a annoncé une indemnisation pour toute personne coupée plus de 5h, allant jusque 600 euros pour ceux coupés 7 jours. Les fournisseurs d’électricité devront répercuter, rapidement et simplement cet engagement à leurs clients. J’y serai très vigilante.

 

  • Une défaillance majeure a été celle de notre capacité à communiquer. Car nous savons tous que dans des périodes difficiles, rien n’est pire que le manque d’information. Ce constat doit engager une réflexion plus large sur l’organisation de nos méthodes de communication dans des cas de force majeure de cette nature. La préfecture, relai des services de l’Etat sur notre territoire, a particulièrement souffert de ces lacunes de coordination, sans pour autant manquer de mobiliser l’ensemble de ses équipes : je remercie le Préfet de la Drôme et son personnel pour leur investissement. Des exemples de crises graves existent dans notre pays et ont donné lieu à la mise en place de cellules de crise. Ces antécédents doivent nous inspirer pour l’avenir, et je ne manquerai pas d’échanger sur ce sujet avec les ministres compétents.

 

▶️ Soyez assurés de mon plein soutien et ma mobilisation permanente auprès des sinistrés d’une part, et d’autre part pour éviter que de tels évènements ne surviennent à nouveau.

 

Célia de Lavergne


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.