Aucun élément dans la barre supérieure

Célia de Lavergne
Députée de la 3ème circonscription de la Drôme

Aucun élément dans la barre supérieure

Réunion de travail avec la filière viti-vinicole de la Drôme

Circonscription

Célia de Lavergne a réuni les acteurs de la filière viti-vinicole de la Drôme le mardi 19 mai. Cette réunion en visioconférence avait pour objectif d’échanger avec les représentants des viticulteurs et vignerons drômois, sur les impacts de la crise sanitaire du Covid-19 et sur l’adéquation des annonces du Gouvernement avec leurs situations concrètes sur le terrain. Ceci afin de faire remonter la perception et les attentes des viticulteurs drômois au Gouvernement.

Depuis le début de la crise, les viticulteurs et vignerons peuvent bénéficier de l’ensemble des mesures de soutien aux entreprises : fonds de solidarité, prêt garanti par l’Etat, report de cotisations sociales et d’impôts, chômage partiel… Au vu de la situation préoccupante du secteur et de son importance pour la vitalité de l'économie française, le Gouvernement a présenté un plan spécifique de soutien le 12 mai, dont les trois principales mesures sont :

  • Des exonérations de cotisations sociales pour les TPE et PME les plus en difficulté ;
  • Un dispositif de distillation de crise à hauteur de 140 millions d’euros ;
  • Une relance de la demande de la France d’un fonds de compensation au niveau européen permettant de pallier les effets de la « Taxe Trump ».

Sur l’ensemble des mesures économiques, la députée précise que « les mesures prises sont de nature à rassurer la filière. Il ne s’agit pas de mesures de restructuration des filières, mais de mesures d’urgence, qui doivent aider à passer la crise et permettre la reprise progressivement. Nous sommes bien conscients qu’une réflexion plus globale devra être enclenchée. » Après ce temps de gestion de l’urgence, des réponses sur le long terme devront être apportées, pour permettre la reprise et relancer la consommation en France comme à l’export.

Sur les mesures d’urgence, la filière drômoise en est globalement satisfaite même si elle aspire toutefois à un ajustement des enveloppes budgétaires, à ce que les modalités d’utilisation de ces enveloppes soient précisées et enfin appelle à une grande vigilance sur certains points tels que la répartition de l’enveloppe dédiée à la distillation : « les besoins en distillation ne seront pas les mêmes selon les territoires et selon le calendrier : j’alerterai le Ministre tant sur la nécessité d’un bon dimensionnement de l’enveloppe dédiée à la distillation de crise et sur celle de s’assurer de sa répartition équitable sur le territoire national et lissée dans le temps pour qu’il n’y ait pas de laissé pour compte. Ca ne peut pas être la logique du « Premier Arrivé Premier servi », chacun doit être aidé lorsqu’il en aura vraiment besoin. » précise Célia de Lavergne.

La députée note également la demande faite par les viticulteurs d’être vigilant quant au paiement des échéances par la filière des cafés-hôtels-restaurants (CHR) auprès de leurs fournisseurs : « les mesures économiques d’urgence et le Plan tourisme doivent faciliter cela, j’y porterai une attention particulière aux côtés des restaurateurs et hôteliers, également dans une situation préoccupantes » rappelle-t-elle. La reprise de l'activité dès le 2 juin dans la Drôme devrait apporter une bouffée d'oxygène aux secteurs les plus impactés, et relancer progressivement les activités d'œnotourisme qui participent à l'attractivité de notre territoire.

Pour Célia de Lavergne : « la crise sanitaire et le confinement ont réconcilié de nombreux Français avec nos agriculteurs, car ils ont été davantage conscient et spectateur de l’excellence de nos filières agricoles qui ont été au rendez-vous pour les nourrir. Cela a contribué à lutter contre l’agribashing et cela constitue une bonne nouvelle pour l’avenir malgré la crise que nous connaissons ».

 

Célia de Lavergne tient à remercier pour leur présence : la Chambre d’Agriculture 26, la FDSEA, la Coordination Rurale, la Fédération des vignerons indépendants de la Drôme, la Fédération des AOC du Sud-Est, les syndicats des Côtes du Rhône et de Clairette de Die, les ODG Crozes-Hermitage et Grignan-lès-Adhémar, l’Union des Vignerons des Côtes du Rhône, la Cave Vignolis et la cave Jaillance. D’autres acteurs du vin drômois s’étaient excusés, certains ayant contribué par écrit en amont.
 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.