Circonscription

Du 1er novembre au 31 mars, la période dite de la “trêve hivernale” est ouverte. Le Gouvernement a profité de cette période pour présenter le Plan Hiver qui prévoit 14 000 places supplémentaires pour héberger les sans-abri. Une enveloppe de 5 millions d'euros est également mise sur la table pour financer des équipes de maraude.

Offrir à tous les démunis un abri cet hiver

Une solution adaptée pour tout le monde, c’est le cap fixé par le Président de la République pour loger les personnes sans-abri cet hiver. Pour ce faire, le plan hiver 2018-2019 prévoit d’ouvrir en moyenne 14 000 places supplémentaires d’hébergement d’urgence, dont 3 000 à Paris. Cet hiver, 150 000 places seront disponibles pour faire face au grand froid.

En plus des places mobilisables, le Gouvernement va mobiliser 5 millions d’euros pour financer plusieurs dizaines d’équipes de maraude. Partout en France, ces équipes seront chargées d’assurer des tournées dans les rues pour venir en aide aux plus démunis.

Au total, l’État consacre actuellement 2 milliards d’euros pour l’hébergement d’urgence. En 2012, l'Insee estimait que 143 000 personnes étaient sans domicile en France métropolitaine.

Femmes et enfants à la rue : la priorité absolue

Le plan hiver se confronte également à une nouvelle réalité : les femmes et les enfants à la rue. Encore marginal il y a quelques années, le phénomène a pris de l’ampleur.

Un problème pris à bras le corps par le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie. “C’est une priorité absolue”, a-t-il déclaré. Comment y faire face ? “On adapte des centres en leur réservant des places."

Autre problématique traitée par le plan hiver : la répartition des personnes sur le territoire. “L’idée était de ne pas concentrer les gens au même endroit, chose qui a trop souvent été faite par le passé”, explique Julien Denormandie. Pour cela, il a demandé une mobilisation de l’ensemble des acteurs publics et des associations.

Sortir rapidement les personnes sans domicile de la rue

À terme, l’objectif est de passer de l’hébergement d’urgence à l'hébergement ordinaire. En septembre 2017, le ministère de la Cohésion des territoires avait présenté le plan pour le Logement d’abord. Parmi les principales mesures de ce plan, le Gouvernement prévoyait de créer 50 000 places de logement adapté ainsi que 40 000 logement très sociaux par an.

Créé en 2013, ce type de logement se caractérise par de très faibles loyers, inférieurs aux plafonds Prêt Locatif Aidé d’Intégration (PLAI). Ces plafonds (12 848 euros pour une personne seule à Paris et en Île-de-France, 11 167 euros dans les autres régions) permettent d’attribuer aux ménages un logement HLM.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.